Vous êtes ici: Priorités → Commission européeenne imprimer

Commission européenne

2005 

En janvier 2005 s'est tenue à Helsinki la conférence ministérielle européenne "Relever les défis, trouver des solutions". Cette conférence, organisée par la Commission européenne, le Conseil de l'Europe et l'OMS, était consacrée à la santé mentale. Dans ce cadre, la Déclaration et le Plan d'action sur la santé mentale pour l'Europe ont été signés et approuvés au nom des ministres de la santé des 52 Etats membres de la région Européenne de l'OMS. 

La Déclaration invite l’OMS Europe à prendre des mesures dans différents domaines: partenariat, information sanitaire, recherche, sensibilisation, élaboration de politiques et de services.

Le Plan d’action (Rapport de la Conférence ministérielle p17-29) suggère les modalités d’élaboration, de mise en œuvre et de renforcement de politiques globales de santé mentale dans les pays de la région européenne de l’OMS. Il en appelle à une action dans 12 domaines traitant de la santé mentale. L'un de ces domaines concerne le suicide et la prévention des problèmes de santé mentale.

En octobre 2005, suite à la conférence ministérielle d'Helsinki, la Commission européenne a élaboré un Livre vert intitulé "Améliorer la santé mentale de la population – Vers une stratégie sur la santé mentale pour l'Union européenne". L'objectif du Livre vert était d'amorcer un débat entre les institutions européennes, les pouvoirs publics, les professionnels de santé et d'autres secteurs concernés, la société civile et les milieux de la recherche. 

Concernant la prévention du suicide et l'élaboration de stratégies de prévention des Etats membres, le Livre vert pointe certains enseignements tirés en la matière, tels que "la mise hors d'atteinte des candidats au suicide de méthodes qui permettraient à ces derniers de parvenir à leurs fins, la formation idoine des prestataires de soins, ou encore, la collaboration entre les services chargés des soins secondaires et ceux qui assurent les soins de suite après une tentative de suicide."

Une consultation ouverte sur le Livre vert a mené à un débat sur le développement possible d'une proposition de la commission européenne sur une stratégie communautaire en matière de santé mentale. A cet effet, une résolution et un avis ont été adoptés par le Parlement européen et le Comité économique et social européen.


2008 

En juin 2008 a eu lieu à Bruxelles la conférence européenne "Ensemble pour la santé mentale et le bien-être", organisée par la Commission européenne, en collaboration avec la présidence slovène et le bureau régional pour l'Europe de l'OMS.  Le "Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être" ,présenté lors de cette conférence, découle du processus entamé en octobre 2005 à Helsinki. Ce pacte a pour but de permettre de rassembler des connaissances et de bonnes pratiques afin d'élaborer en commun des recommandations acceptables sur l'adoption de mesures dans les secteurs de la vie sociale et économique. Le pacte appelle à l'action dans cinq domaines prioritaires, dont la prévention de la dépression et du suicide. 

Les mesures de prévention du suicide et de la dépression, auxquelles les responsables politiques et les acteurs concernés ont été invités à prendre connaissance, étaient les suivantes :

  • améliorer la formation des professionnels de la santé et des principaux acteurs de la santé mentale au sein du secteur social;
  • limiter l'accès aux moyens pouvant être utilisés pour attenter à ses jours;
  • sensibiliser le grand public, les professionnels de la santé et des autres secteurs concernés aux questions de santé mentale;
  • réduire les facteurs de risque pouvant conduire à un comportement suicidaire;
  • mettre en place des mécanismes de soutien, comme par exemple une assistance téléphonique pour les personnes ayant tenté de mettre fin à leurs jours et celles touchées par la mort d'un proche.

2009-2010

En 2009 et 2010, une série de conférences thématiques dans les cinq domaines prioritaires a eu lieu afin de mettre en place le pacte. Ces conférences ont été accueillies et organisées par les Etats membres, en partenariat avec les institutions de la Commission européenne  et d'autres partenaires. A cet effet, une conférence sur la "Prévention de la Dépression et du Suicide" s'est tenue à Budapest en Hongrie, les 10 et 11 décembre 2009. 

En 2009, La Commission de l'Environnement, de la Santé Publique et de la Sécurité alimentaire a publié un rapport sur la santé mentale, dans lequel sont présentées des propositions de résolution du Parlement européen. 

 Concernant la prévention du suicide et de la dépression, le Parlement européen : 

  • invite les Etats membres à mettre en œuvre des programmes plurisectoriels de prévention du suicide, en particulier pour les jeunes et les adolescents: il s'agit de promouvoir un mode de vie sain, en réduisant les facteurs de risque tels que la facilité d'accès aux médicaments, aux narcotiques, aux substances chimiques nocives, ou encore à l'alcool. Le Parlement europén juge notamment nécessaire de garantir des traitements psychothérapeutiques et pharmacologiques à ceux qui ont fait des tentatives de suicide, ainsi que des traitements psychothérapeutiques brefs à l'entourage familial des personnes qui se sont suicidées;
  • invite les Etats membres à mettre en place des réseaux régionaux d'information permettant de relier professionnels du secteur de la santé, usagers des services, familles, établissements d'enseignements et lieux de travail, instances locales et publiques, et ce dans le but de réduire le phénomène de la dépression et des comportements suicidaires;
  • demande une meilleure information relative au numéro d'appel d'urgence unique européen "112" dans les cas d'urgence tels que les tentatives de suicide, ou les cas de crise mentale afin de permettre une intervention rapide et de fournir une aide médicale d'urgence;
  • invite les Etas membres à mettre un place des cours de formation spécifique pour les médecins généralistes et pour le personnel des services psychiatriques, y compris les médecins, les psychologues et les infirmiers. Ces cours doivent porter sur la prévention et le traitement des comportements dépressifs, afin de détecter le risque de suicide et d'appréhender la façon de le gérer. 

Lors des discussions, Evengelia Tzampazi, rapporteuse du rapport concernant la santé mentale, a jugé qu'il convenait de mettre en œuvre des programmes plurisectoriels centrés sur la promotion de modes de vies sains, sur la réduction des facteurs de risque et sur l'apport d'un soutien et d'un suivi aux personnes ayant fait des tentatives de suicides, ainsi qu'aux familles des personnes qui se sont suicidées, en insistant sur le fait que la dépression est un trouble curable et que le suicide peut être conjuré. Elle a aussi estimé important de mettre en place des réseaux au niveau local, pour la diffusion de l'information et le soutien de l'auto-assistance.